Comment entretenir et optimiser son disque dur interne ssd ?

optimiser son ssd interne

Les disques de stockage SSD supplantent au au fur et à mesure les disques durs. Un tel disque permet de booster les performances de votre PC. Cependant, chaque cellule du SSD possède une durée de vie restreinte à un nombre d’écritures définie (près de 10 000) : cela se nomme l’usure. Sachez que des algorithmes internes au disque dur donnent la possibilité d’une répartition optimale des données sur le SSD dans le but d’uniformiser leur usage et de répartir l’usure sur la totalité du SSD.

Afin d’optimiser la durée de vie d’un tel disque (tout comme ses performances), faites divers réglages dans Windows 8 et 10. La finalité est de restreindre au maximum les écritures inutiles dans le disques. L’objectif est également la désactivation des fonctions de l’obsolète Windows 7 ne bénéficiant pas aux SSD.

Désormais, découvrons comment entretenir et optimiser son disque dur interne SSD afin d’en tirer tout le potentiel, mais aussi pour le conserver sur le long terme.

4 actions essentielles pour optimiser son disque dur interne ssd

Ne pas surcharger le SSD

Sur un SSD, le contrôleur (il s’agit du circuit informatique gérant le périphérique) doit avoir le plus d’espace libre possible pour effectuer une répartition optimale des données sur les cellules. Ainsi, il est conseillé dans le but d’améliorer les performances du disque dur, de ne pas le remplir au-dessus de la barre des 60 % de son entière capacité.

Servez-vous de la commande TRIM afin de réinitialiser les cellules du SSD

Le souci majeur du disque dur SSD est son niveau de performances sur le long terme. Effectivement, plus une cellule connaît de réécritures, moins elle est efficace au niveau des performances. Cela vaut même si les données ont été bien supprimées. La commande TRIM offre la possibilité de résoudre ce souci en réinitialisant les cellules étant effacées, pour une amélioration des performances. Il faut savoir que cette commande est présente sur la totalité des systèmes d’exploitation récents (dès Windows 7). Signalons qu’elle est quelquefois activée de façon automatique.

Optez pour un disque dur classique avec le SSD

Plus il y aura d’écritures sur un SSD, plus il va vite se dégrader. Afin de lui offrir une durée de vie optimale, il est nécessaire de diviser vos besoins : servez-vous d’un disque dur pour votre OS ainsi que pour vos applis courantes, et d’un disque dur classique faisant office d’unité de stockage pour vos données. De cette façon, il vous sera possible d’effacer et copier des données sur votre SSD à plateaux sans toucher aux performances du disque dur. N’oubliez pas de redéfinir l’emplacement par défaut des dossiers utilisateurs dont vous vous servez le plus. Cela est généralement souvent le cas pour les documents ainsi que les téléchargements.

Pas de défragmentation !

Ne défragmentez jamais un disque dur SSD ! En effet, ce type d’opérations engendre un grand nombre de lectures et d’écritures dégradant les cellules. Prenez en compte que les performances d’un SSD ne sont pas autant touchées par la fragmentation des fichiers comme celles d’un disque classique. L’aspect positif est qu’une telle opération offre une usure équitable des cellules. Cependant, veillez à stopper la défragmentation préventive des disques durs sur votre PC (classiques ou SSD).

Logiciels pour l’optimisation d’un disque dur

Utilisez les applis constructeurs et logiciels SSD

Énormément de concepteurs offrent un utilitaire de diagnostic et d’entretien pensé et conçu pour leur disque dur SSD. Cela est notamment le cas de Magician signé Samsung ou du SSD Toolbox de la marque Kingston. Si les fonctions changent selon le programme, tous ont en règle générale une fonctionnalité d’évaluation indiquant l’état ainsi que la longévité du support. En outre, sachez qu’un outil de mise à jour du micrologiciel peut corriger les possibles bugs.

Ou se servir des utilitaires dédiés aux SSD

Quand vous ne dénichez pas d’appli constructeur par rapport à votre référence, n’hésitez pas à procéder à l’installation d’un outil générique comme par exemple Chameleon SSD Optimizer de macOS ou SSD Tweaker de Windows. Allez sur la plateforme de l’éditeur et téléchargez la version gratuite. Cette dernière est suffisante afin d’optimiser son disque dur interne SSD et garantir son entretien.

Autres actions afin d’optimiser le disque

  • Mettre à jour le firmware du disque dur : en effet, les différentes mises à jour permettent d’obtenir en règle générale des optimisations par rapport aux performances, une fiabilité optimale ainsi qu’une correction des bugs.
  • Désactiver la mise en veille prolongée ou l’hibernation si votre ordinateur est souvent en veille. Ne vous servez pas inutilement du SSD.
  • Si l’ordinateur a moins de 4 Go de mémoire vive, nous vous conseillons de désactiver Prefetch, Superfetch ainsi que le fichier d’échange du disque dur (s’il y a un deuxième disque classique seulement).
  • Vous pouvez aussi déplacer les fichiers temporaires web de vos navigateurs. Il s’agit d’une astuce pour Mozilla Firefox ainsi que pour Internet Explorer 11. Sachez qu’il est également possible de déplacer le dossier « TEMP » de Windows.
  • Et enfin, il faut désactiver la restauration système ou restreindre l’espace lui étant attribué. Suivez ce dernier conseil si vous n’avez aucune crainte par rapport à la perte de données s’il y a plantage.

Conclusion

Il n’est pas obligatoire d’effectuer la totalité des optimisations SSD indiquées, mais il est essentiel d’installer au minimum Windows sur le SSD en mode AHCI, vérifiez que TRIM marche bien et désactivez la planification de la défragmentation du disque. Ces trois actions offriront la possibilité à votre disque SSD de parfaitement fonctionner en offrant des performances optimales et de profiter d’une durée de vie plus longue.

L'auteur de l'article

Guillaume Pruvost