Notre test et avis sur l’iPad Pro 12.9 version 2020 : un indispensable ?

ipad pro test
Rédigé par Corentin Miquée

Aujourd’hui, on vous propose un test du nouvel iPad Pro 2020, dans sa variante 12.9’. Et vous savez quoi ? Mon MacBook Pro étant actuellement occupé à tourner à plein régime pour faire des renderings, je vous écris cet article depuis l’iPad. Rien de mieux pour donner un ressenti à chaud. Pour introduire et orienter ce test, je tiens à préciser que je suis étudiant en design, et je destine donc l’iPad davantage à un usage créatif plus que comme un ordinateur. Autrement dit, je n’ai pas acheté de clavier (ce qui implique que j’écris depuis le clavier virtuel), mais je me suis procuré l’Apple Pencil 2 (dont on parlera plus tard), très utile pour faire du dessin ou du graphisme.

Caractéristiques de l’iPad Pro 2020 en 11′ et 12.9′

Caractéristiques techniques
Dimensions 11′ : 247,6 x 178,5 x 5,9 mm / 12.9′ : 280,6 x 214,9 x 5,9 mm
Poids 11′ : 471 grammes / 12,9′ : 641 grammes
Ecran 11′ : 2 388 x 1 668 pixels / 12.9′ : 2 732 x 2 048 pixels, 264 ppp (pixels par pouce)
Technologie d’écran : Liquid Retina, IPS, ProMotion 120 Hz, normé P3, TrueTone, 600 dits
Processeur : A12Z Bionic octobre-core, 64 bits, avec Neural Engine, et 6 Go de RAM
Appareil photos : grand angle 12 MP (ƒ/1,8) et ultra grand angle 125° de 10MP (ƒ/2,4)
Caméra frontale : TrueDepth 7 MP
Stockage : 128 Go, 256 Go, 512 Go, 1 To
Connectique et connectivité : USB type C, WiFi 6, Bluetooth 5.0 / version cellulaire : 4G, eSIM
Audio : 4 haut-parleurs et 5 microphones
Déverrouillage : Face ID

IPAD PRO 12.9′

ipad pro 12,9 version 2020

Marchand
Stock
Prix
Lien
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites
Mise à jour le : 15/08/2020 17:52

IPAD PRO 11′

ipad pro 11 version 2020

Marchand
Stock
Prix
Lien
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites
Mise à jour le : 15/08/2020 17:52
Par rapport à la génération précédente d’iPad Pro, la version 2020 garde le même design, le même châssis, et la plupart de ses caractéristiques. Ce qui change, c’est d’abord le processeur, qui passe du A12X Bionic octo-cores à l’A12Z Bionic octo-cores, la RAM grimpe de 4 Go à 6 Go, le module photo dorsal passe d’une simple caméra grand-angle de 12 MP à deux capteurs, grand angle de 12 MP (ƒ/1,8) et ultra grand angle 125° de 10MP (ƒ/2,4), accompagné d’un capteur LiDAR, alors que la caméra frontale TrueDepth de 7 MP reste la même. L’écran Liquid Retina se dote d’un taux de rafraîchissement de 120 Hz, les micros, au nombre de cinq, sont de meilleure qualité, alors que le stockage de base passe de 64 à 128 Go sans augmentation de prix. L’iPad Pro est sans conteste la meilleure tablette tactile du marché, mais bien entendu cela a un coût. Si vous n’avez besoin d’un tel outil pour un usage pro, vous pouvez vous diriger vers des tablettes 10 pouces plus grand public.

On aime :

  • Qualité de l’écran
  • Performances
  • Ergonomie et multitâche d’iPad OS
  • Partie photo et audio de qualité
  • Capteur LiDAR
  • Applications nombreuses et de qualité
On aime moins :

  • Ecran toujours LCD
  • Temps de charge
  • Prix élevé des options de stockage et versions cellulaire

Notre test de l’iPad Pro 2020

Cet iPad est pour moi ma première tablette (sauf si l’on considère la Surface Book que j’ai eue comme une tablette mais qui est plus un objet hybride) pour la simple raison que jusqu’à présent, je n’ai jamais été convaincu par ce type de produits. Pourtant, Microsoft partait selon moi dans la bonne direction avec ses Surface, mais malheureusement, Windows 10 est assez laborieux à utiliser en tactile, et le Store relativement restreint. Apple, en face, avec son iPad qui n’était initialement qu’un vulgaire iPhone quatre fois plus grand et sans fonction téléphone, rend son iPad toujours plus intéressant au fil des générations et des mises à jour, en particulier depuis iPad OS. Le modèle précédent d’iPad Pro avec son Apple Pencil 2 suscitait déjà un grand intérêt chez moi, le nouveau modèle équipé d’un capteur LiDAR m’a fait craquer (disclaimer : je ne le regrette pas).

Design

Commençons donc par le design. Apple oblige, sur ce point, c’est un sans fautes. La finition est exemplaire, l’écran aux bordures fines (mais pas trop) est de même largeur sur les 4 cotés. L’arrondi aux niveaux des angles est du plus bel effet, et la finesse (5,9 mm !) de la tablette donne la sensation de tenir une vitre entre les mains. En revanche, soyons honnête, le modèle 12.9’’ est relativement lourd, et n’est pas un modèle de mobilité. Mais il reste le meilleur compromis entre mobilité, confort et polyvalence par rapport à mon usage personnel. Le modèle 11’ est selon moi trop petit pour taper sur le clavier virtuel à deux mains en mode paysage, sans parler de dessiner avec l’Apple Pencil, ou la surface de l’écran se trouve réduit et devient frustrant pour les plus créatifs (le modèle 12.9′ est proche des dimensions d’une feuille A4 ce qui est idéal dans ce cas).

ipad pro design

Performances

Niveau performances, rien à redire. Difficile de savoir quelle est la différence entre la puce A12Z de l’iPad Pro et l’A13 de l’iPhone 11 (également en ma possession), mais Apple l’annonce comme surpuissante. Une chose est sûre, pour toutes les tâches que j’ai pu effectuer jusqu’à présent (après 2 semaines d’utilisation) je n’ai jamais ressenti le moindre ralentissement ou manque de puissance, que ce soit dans les jeux, la création, ou le multitâche intense.

Ergonomie et iPad OS

Parlons-en du multitâche. Sur ce point, iPad OS avait mis le paquet, et on peut dire que le résultat est à la hauteur des espérances. J’ai beau avoir vu plusieurs vidéos de test de la machine avant de me convaincre de l’acheter, une fois en main, ça fait quand même son petit effet « wahou ». Si l’on devait résumer l’idée d’Apple, le multitâche de l’iPad essaie d’adapter le fonctionnement de Mac OS à une utilisation tactile. Et c’est dans l’ensemble plutôt réussi, mais, parce qu’il y a un mais, il y a tout de même un certain temps d’adaptation avant de tout maîtriser, et je suis pourtant un « technophile ». Sur ce point, je pense qu’Apple aurait pu proposer une démonstration ou un tutoriel au départ, car je ne pense pas que la majorité des utilisateurs d’iPad savent utiliser le multitâche à 100%.

ipad pro fenêtre

Pour illustrer mon propos, parlons des applications en vue flottante sur un côté de l’écran. L’idée est tout simplement géniale (même si pas nouvelle). Seulement, il m’a fallu 3 jours pour pouvoir comprendre comment y accéder. Je vous explique : Tout d’abord, il faut que l’application soit sur le dock parmi les apps épinglées ou les trois dernières utilisées. Ensuite, il faut être sur une application ouverte (pas sur l’écran d’accueil), ouvrir le dock avec un léger glissement du doigt depuis le bas de l’écran vers le haut, et, tout en maintenant appuyé l’icône de l’application que vous voulez ouvrir en vue flottante, glisser le doigt vers le bord gauche ou droit de l’écran. Et l’app est ouverte dans une vue verticale flottante. Là où j’ai été surpris, c’est que cette vue dispose de son propre multitâche (distinct du principal) similaire à l’iPhone permettant de basculer entre plusieurs applications flottantes. Sauf qu’il faut répéter le processus expliqué précédemment pour chacune des applications que l’on voudrait avoir dans cette vue.

ipad explorer

Second autre gros point important : le gestionnaire de fichiers. Longtemps critiqué pour son absence sur les appareils tournant sur iOS, Apple a finalement fini par céder, et franchement, c’est un plaisir. Pour un utilisateur de Mac, on s’y retrouve très rapidement, l’ergonomie et l’affichage sont très proche, simplement un poil épuré et adapté à un usage tactile. Mais les fonctionnalités sont là, y compris de pouvoir choisir avec quelle application ouvrir un fichier, mettre des tags, compresser et décompresser, organiser par glisser-déposer, et surtout, un détail que j’apprécie tout particulièrement : pouvoir retrouver tous ses services de Cloud directement dans l’application native. Et pas seulement iCloud, puisque de mon côté, OneDrive, Amazon Drive et Adobe Creative Cloud sont directement accessible depuis la barre latérale, le tout avec une compatibilité et fluidité parfaite. Quand Apple s’ouvre un peu, ça a du bon. Vraiment !

Autonomie et Batterie

Après cette petite parenthèse logicielle et ergonomique, revenons-en au hardware. Un petit passage pour parler de la batterie, qui, de grande capacité (36,71 Wh), tient logiquement longtemps pour une utilisation moyenne : une charge peut durer jusqu’à 3 jours si l’usage est basique : aller sur internet, consulter ses mails, ou écouter de la musique. En revanche, si l’on commence solliciter le processeur avec des applications plus gourmandes comme des jeux, de l’édition photo, ou de la réalité augmentée, la batterie fatigue nettement plus rapidement. Revers de la médaille : la recharge, pourtant par câble USB-C de 18W fourni dans le coffret, est assez longue, compter plus de 2 heures.

Capteurs photos, LiDAR, et réalité augmentée

Le dernier sujet abordé – la réalité augmentée – nous amène à parler des capteur photos et du LiDAR. Rappelons les caractéristiques : à l’arrière, on a droit pour la première fois sur iPad à deux capteurs, un grand angle de 12 MP, et un ultra grand-angle de 10 MP, couplé à un LiDAR, une première mondiale sur un appareil informatique. Concrètement, il s’agit d’un scanner laser 3D ultra rapide, qui calcule le temps de vol des photons (de la lumière infrarouge) pour cartographier l’environnement en quelques nanosecondes. C’est en quelque sorte un capteur ToF amélioré, mais aussi la technologie utilisée par les voitures autonomes (de Google, Uber ou même Audi, mais pas Tesla) pour se repérer dans l’environnement. Bien sur, le capteur de l’iPad est plus petit, donc moins puissant, mais il se révèle précis un millimètre près jusqu’à une distance 5 mètres. C’est déjà impressionnant !

ipad pro appareil photo

Alors on peut se demander quel est l’intérêt de ce capteur. Croyez-moi, pour ma part, en faisant des études de design industriel, l’intérêt je l’ai trouvé. Avant d’aborder les possibilités applicatives, j’ai commencé par tester le LiDAR avec l’application « Mesures » d’Apple. Et rien que là, c’est déjà bluffant, la captation est instantanée, et les mesures précises au millimètre près sur des distances de l’ordre du mètre. Les angles des pièces et contours de meubles sont même « magnétiques », puisque le radar permet de détecter les changement de direction ou d’angle d’une surface. Super pratique et efficace.

Ensuite, si on commence à s’attarder sur la réalité augmentée, c’est encore plus bluffant. Avec l’application IKEA Place, qui utilise déjà le LiDAR, le placement d’objet ou de meubles tient compte des éléments en premier plan. Autrement dit, si vous essayer de placer une chaise en réalité augmentée derrière votre table, la chaise sera bien en arrière-plan et ne traversera plus la table comme par le passé. Dans un second temps, j’ai utilisé Adobe Aero, application en réalité augmentée qui permet de placer et d’animer ses créations en 3D dans le monde réel. En quelques minutes, après un petit tutoriel et quelques manipulations, je vous montre le résultat, plutôt bluffant :

 

Inutile de dire que je suis séduit par ce capteur, même si son usage reste cantonné à quelques usages spécifiques. En revanche, il est curieux qu’Apple n’en n’ait pas profité pour proposer un mode portrait avec les caméras dorsales de l’iPad, car le résultat aurait été sûrement meilleur que sur les iPhone actuels. Peut-être est-ce parce que peu de personnes prennent des photos avec une tablette, ou par manque de temps. Dans tous les cas, les dernières rumeurs suggèrent que le prochain iPhone 12 Pro hérite du LiDAR et profite, cette fois-ci, au mode Portrait. D’ailleurs, qui dit portrait dit selfie, et sur ce point, la caméra frontale TrueDepth de l’iPad Pro est aussi plutôt bonne. Au final, l’iPad se révèle assez (curieusement pour une tablette) performant pour la photographie, proche de ce que pourrait proposer un iPhone 11 « classique ».

Applications créatives et Apple Pencil

Après la photographie viens l’édition de photos. Et sur ce point, on peut dire que l’iPad bénéficie d’un atout majeur : son store d’application. Adobe se révèle très présent sur ce point, avec notamment une version spécifique à l’iPad de Photoshop et Lightroom. Si je n’ai pas encore eu l’occasion d’utiliser le premier, Lightroom en revanche, si. Et je dois dire que là aussi j’ai été bluffé. Le logiciel est tout simplement aussi complet que le logiciel sur mon MacBook (y compris la possibilité de paramétrer l’exportation de ses photos dans le moindre détail, ou copier-coller les réglages d’une photo à l’autre), avec une facilité d’utilisation très agréable, d’autant plus avec le Pencil. Et d’après ce que j’ai pu voir au préalable sur internet, il semblerait que ce soit la même chose pour Photoshop.

ipad pro et lecture vidéos

Maintenant, il est temps de faire un tour sur l’aspect dessin numérique, même si un test de l’Apple Pencil à venir rentrera davantage dans les détails sur ce point. La chose qui frappe la première fois que je l’ai eu en main, c’est cette sensation de tenir un crayon de papier. La faute à la tranche lisse (qui permet de le maintenir à la tranche de l’iPad) qui rappelle la forme hexagonale des crayons de papier d’écolier, mais aussi à la matière plastique soft touch très agréable au toucher. A l’usage, la sensation délivrée est effectivement et étrangement assez proche de celle d’un crayon et du papier. Certes, il manque le bruit et l’odeur du papier, et l’iPad est plus épais qu’une feuille, mais le comportement du Pencil est très précis, intuitif et « réaliste ». Couplé à SketchBook Pro et ProCreate (que je comparerai plus en profondeur du test du Pencil) qui sont tout deux d’excellentes applications de dessin numérique, on oublierait presque, justement, que le dessin est numérique.

ipad pro 12.9

Dernière fonctionnalité ayant son intérêt : Side Car. Ayant un MacBook Pro 15′ sous macOS Catalina, cette fonctionnalité permettant d’utiliser son iPad comme second moniteur à emporter partout est tout simplement excellente, d’autant plus avec un Smart Folio, permettant de tenir l’iPad incliné en affichage paysage. Le tactile est supporté, mais c’est loin d’être pratique pour naviguer sur l’interface de macOS, qui n’y est clairement pas adapté. En revanche, cela permet de dessiner avec l’Apple Pencil directement sur l’application Photoshop pour macOS, et transforme ainsi l’iPad en tablette graphique. La latence est étonnamment très faible, compte tenu du fait que la connexion entre les deux appareils se fait exclusivement via WiFi.

Avis

En fin de compte, l’iPad Pro de 2020 ne révolutionne pas le modèle de 2018 (qui lui, était une petite révolution), mais le perfectionne sur tous les points, et cela sans subir la moindre augmentation de prix, malgré les nombreuses nouveautés. Personnellement, je perçois ce produit comme une excellente machine à créer et se divertir, avec des fonctionnalités diverses et variées dans lequel il excelle. Quant à la question de savoir si un iPad Pro, équipé d’un Smart ou Magic Keybord, peut remplacer un ordinateur, c’est un avis subjectif. Pour mon usage, c’est tout simplement impossible. En revanche, pour une personne disposant déjà d’une machine fixe et qui envisagerai de choisir un iPad pour un usage bureautique et des tâches simples comme la gestion de fichiers, surfer sur internet et consulter ses mails en déplacement, l’iPad Pro pourrait remplacer un MacBook Air.

Choisissez toujours le bon produit Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos derniers comparatifs

L'auteur de l'article

Corentin Miquée

Laisser un commentaire

Un commentaire

  • Très bon article ! Perso, et il en est de même pour 100% des professionnels de l’image. La seule utilité de cet appareil c’est le dessin, le pencil est vraiment excellent et la comme la vitre n’est pas trop épaisse ça donne une bonne impression de dessiner dessus.

    Mais bon c’est vraiment cher, je préfère encore me prendre une tablette graphique écran XP-Pen Artist 12 Pro à 250 euros .