Outils pour utilisateurs

Outils du site


gparted

GParted : le gestionnaire de partitions

GParted est un outil graphique incontournable :

  • pour préparer le(s) disque(s) dur(s) avant une installation,
  • pour formater une clé USB ou un disque dur externe,
  • pour vérifier l'état des systèmes de fichiers présents,
  • pour renommer vos partitions, etc …

ATTENTION : La modification des partitions n'est pas une opération anodine. Bien que Gparted gère la réorganisation des partitions en préservant leur contenu, vous n'êtes jamais à l'abri d'une erreur de manipulation pouvant vous faire perdre des données.
Les opérations peuvent être longues, branchez l'ordinateur sur le secteur. Ne fermez jamais GParted en cours de travail : cela pourrait rendre vos partitions inaccessibles.
Avant de commencer, sauvegardez vos données importantes.


si vous n'avez pas de disque dur externe et que vous souhaitez conserver vos données windows sans le système, visiter la page dédiée à l'installation avec préservation de données.

Note sur les partitions

Une unité de stockage (que ce soit un disque dur interne ou externe, une clé USB, un CD-ROM ou DVD-ROM, une disquette, etc.), pour être utilisée par un ordinateur, doit être formatée.
Cela signifie qu'on doit lui assigner un système de fichier, indiquant la structure et le nom des répertoires et fichiers et éventuellement les droits correspondants à chacun.

Système de fichier

Il existe plusieurs systèmes de fichiers avec leurs spécificités, leurs propriétés. Pour une liste complète et détaillée, je vous renvoie au wiki Debian-Facile.
Le type de système de fichier indique de quelle façon les données doivent être écrites sur le support. Le système de fichier par défaut sur HandyLinux est le Ext4FS [extend4].

Rôle des partitions

Les partitions sont utilisées pour organiser les données sur un disque dur. Elles permettent de protéger vos documents lors d'une réinstallation, d'un plantage système, mais aussi d'assurer le partage de données entre différents systèmes installés sur votre machine. La choix de la taille des partitions et du système de fichier utilisé est donc capital lors d'une installation.

Schéma de partitionnement

La façon dont est organisé votre disque dur est appelé le schéma de partitionnement. Il n'existe pas de schéma universel ou parfait : tout dépend du nombre de disques, de leur taille, de leur utilisation, de leur type etc…

sur un système classique, vous pouvez créer 4 partitions primaires maximum. Si vous désirez plus de partitions, il faudra passer par 3 partitions primaires + 1 partition étendue. la partition étendue peut contenir autant de partitions logiques que vous souhaitez.

Gardez à l'esprit que tous les exemples qui suivent ne sont que des exemples: vous devrez adapter les conseils donnés à votre situation.

GParted : Présentation

GParted se lance depuis la HandyMenu > Aventuriers > Liste des Applications > Système > GParted.

GParted offre une représentation graphique de vos disques durs internes ou externes… oki … et à quoi ça ressemble ?
et bien voilà à quoi ressemble une clé USB de 1G formatée en FAT32 :
et voilà à quoi ressemble un dique dur interne en mode “multi-boot” :
L'interface est assez claire. Vous trouverez :

  • la barre de menu qui vous permet d'agir sur les partitions sélectionnées
  • la barre d'actions à gauche qui reprend une partie des entrées des menus
  • le sélecteur de périphériques à droite
  • la fenêtre principale présentant le schéma du disque dur scanné
  • la liste détaillée des partitions présentes

GParted vous donne le type de système de fichier (différencié par couleurs), son point de montage (si la partition est montée), l'étiquette (le label), la taille de la partition, la place utilisée/disponible, et le drapeau.

GParted : Utilisation

GParted modifie la structure de votre disque dur, pour cette raison, vous devez le lancer en tant qu'administrateur root.

  • On commence par sélectionner le périphérique à traiter grâce au menu déroulant en haut à droite. Il sera identifié selon son adresse “/dev/xxx” : le disque principal est généralement identifié en “/dev/sda”, une clé USB en “/dev/sdb” et ainsi de suite.
  • Pour agir sur une partition, il suffit de cliquer dessus afin de la sélectionner, puis de choisir une action dans le menu.
    Notez que vous ne pouvez agir que sur une partition inactive (non montée).
  • Une fois vos changements réalisés, clic sur “appliquer” et voilà.

L'utilisation de GParted est quasiment trop simple car elle en fait oublier le réel pouvoir de destruction d'un formatage de partition.

Rappel : Penser à sauvegarder vos données avant d'agir sur vos partitions.

Préparer un disque avant installation

Ou comment utiliser handylinux en live + gparted pour préparer un disque avant d'y installer handylinux ou tout autre distribution GNU/Linux.

En préambule au processus d'installation, vous pouvez préparer votre disque dur depuis le live d'HandyLinux grâce à GParted. Il faut donc choisir un schéma de partitionnement adapté à votre situation.
Notez que si vous préparez votre disque avant l'installation, il faudra choisir le partitionnement manuel lors de l'installation, puis assigner vos partitions à un point de montage. Plus d'explications dans le chapitre suivant.

Passons aux différents schémas de partitionnement possibles pour votre disque dur.

Prenez soin de noter sur un papier les adresses de vos partitions préparées (/dev/sda1, /dev/sda2, etc) afin de pouvoir les identifier lors de l'installation.

Si votre schéma de partitionnement intègre une partition windows™ de type NTFS, nous vous conseillons de défragmenter votre partition depuis l'utilitaire windows™ avant de la redimensionner avec GParted.

Schéma HandyLinux

2 partitions : “/”(votre système et vos données) + swap : c'est le schéma par défaut pour une installation d'HandyLinux comme seul système d'exploitation sur votre machine.

  • pour qui ? : les utilisateurs ne changeant pas de système toutes les 5 minutes.. les utilisateurs fidèles en somme ;)
  • avantages : simple – pas de soucis de gaspillage d'espace – pas de soucis de place en cas de grosse mise à jour.
  • inconvénients : en cas de ré-installation, votre configuration personnelle est effacée. Il faudra faire une sauvegarde externe.
  • mise en œuvre :
    1. clic sur “périphériques” > “Créer un table de partitions” pour vider le disque et partir sur une base propre. Choisissez une table “MS-DOS” (sélectionnée par défaut par GParted).
    2. clic sur l'espace libre puis sur la “+” du menu pour ajouter une partition primaire en [ext4] pour le système (vos logiciels + votre /home). Prenez soin de garder l'espace suffisant pour la swap.
    3. clic sur l'espace libre puis sur la “+” du menu pour ajouter une partition primaire en [linux-swap] pour la swap.
    4. clic sur le “check” vert pour appliquer.
    5. résultat :

schéma handylinux

Schéma classique Debian

3 partitions : “/”(votre système) + swap + “/home”(vos données) : c'est le schéma classique d'une installation sur Debian GNU/Linux.

  • pour qui ? : les utilisateurs succeptibles de ré-installer leur système ou changer de système fréquemment et souhaitant préserver leur configuration personnelle.
  • avantages : sécurisé – séparation des données personnelles et du système qui permet une ré-installation avec préservation des données. Cependant, prenez soin de réaliser des sauvegardes des logiciels ajoutés ou désirez pour les ajouter à votre nouveau système.
  • inconvénients : gaspillage de place car l'espace supplémentaire nécessaire au cache des paquets empiète sur l'espace alloué aux données personnelles.
  • mise en œuvre :
    1. clic sur “périphériques” > “Créer un table de partitions” pour vider le disque et partir sur une base propre. Choisissez une table “MS-DOS” (sélectionnée par défaut par GParted).
    2. clic sur l'espace libre puis sur la “+” du menu pour ajouter une partition primaire en [ext4] pour le système (vos logiciels). Sur HandyLinux, 3.6 GB sont nécessaires pour installer le système, mais prévoyez 10 GB pour être complètement à l'aise. Vous pourrez ainsi tester quasi l'intégralité des applications Debian GNU/Linux.
    3. clic sur l'espace libre puis sur la “+” du menu pour ajouter une partition primaire en [linux-swap] pour la swap. Visitez cette section pour savoir comment calculer la swap.
    4. clic sur l'espace libre puis sur la “+” du menu pour ajouter une partition primaire en [ext4] pour votre partition /home (vos données personnelles).
    5. clic sur le “check” vert pour appliquer.
    6. résultat :

Schéma sécurisé

3 partitions : “/”(votre système) + swap + “/datas”(vos données indépendantes) : un schéma sécurisé en cas de changement fréquent de système d'exploitation.

  • pour qui ? : les testeurs de distributions succeptibles de changer de système fréquemment et souhaitant séparer complètement leurs données personnelles.
  • avantages : très sécurisé – séparation complète des données personnelles et du système qui permet une ré-installation avec préservation des données – Le système de fichier choisi pour les données (FAT32) permet une visibilité complète depuis un OS propriétaire.
  • inconvénients : gaspillage de place car l'espace alloué à vos données est fixe. Le format [FAT32] ne supporte pas la copie de fichier de plus de 4 GB.
    Notez que vous pouvez choisir un système de fichier [ext4] pour votre partition de données, et même chiffrer la partition pour sécuriser encore plus le schéma, mais cette partition ne sera pas visible par un ultérieure partition windows™
  • mise en œuvre :
    1. clic sur “périphériques” > “Créer un table de partitions” pour vider le disque et partir sur une base propre. Choisissez une table “MS-DOS” (sélectionnée par défaut par GParted).
    2. clic sur l'espace libre puis sur la “+” du menu pour ajouter une partition primaire en [ext4] pour le système (vos logiciels + votre /home). Sur HandyLinux, 3.6 GB sont nécessaires pour installer le système, mais prévoyez 15 GB pour être complètement à l'aise. Vous pourrez ainsi tester quasi l'intégralité des applications Debian GNU/Linux et conserver de la place pour votre /home.
    3. clic sur l'espace libre puis sur la “+” du menu pour ajouter une partition primaire en [linux-swap] pour la swap. Visitez cette section pour savoir comment calculer la swap.
    4. clic sur l'espace libre puis sur la “+” du menu pour ajouter une partition primaire en [FAT32] pour votre partition /datas, vos données à protéger.
    5. clic sur le “check” vert pour appliquer.
    6. résultat :

Schéma HandyLinux en dual-boot

3 partitions : “/dos”(partition windows™) + “/”(votre système) + swap : le schéma par défaut sur HandyLinux pour une installation en dual-boot.

  • pour qui ? : les utilisateurs souhaitant conserver leur OS propriétaire et profiter d'un maximum d'espace disponible.
  • avantages : choix de l'OS au démarrage de la machine – conservation de l'OS propriétaire et des données – consultation possibles des deux systèmes depuis HandyLinux.
  • inconvénients : vous gardez un OS propriétaire.
  • mise en œuvre :
    1. clic sur votre partition windows™ puis viser l'icône en forme de flèche pour redimensionner votre partition : “>|”. garder un peu d'espace libre sur votre partition windows™ pour pouvoir effectuer les mises à jour de l'OS proprio.
      Vous pouvez aussi prévoir un minimum pour HandyLinux (10 GB) puisque qu'HandyLinux aura un accès à vos données sur windows™.
    2. clic sur l'espace libre puis sur la “+” du menu pour ajouter une partition primaire en [ext4] pour le système (vos logiciels + votre /home). Prenez soin de garder l'espace suffisant pour la swap.
    3. clic sur l'espace libre puis sur la “+” du menu pour ajouter une partition primaire en [linux-swap] pour la swap.
    4. clic sur le “check” vert pour appliquer.
    5. résultat :

Schéma dual-boot avec données partagées

4 partitions : “/dos”(partition windows™) + “/datas”(partition de données communes) + “/”(votre système) + swap : schéma avec données partagées en cas de dual-boot.

  • pour qui ? : les utilisateurs souhaitant conserver leur OS propriétaire, installer handylinux, mais aussi séparer complètement leurs données pour qu'elles soient accessibles (et protégées) depuis les deux systèmes.
  • avantages : choix de l'OS au démarrage de la machine – conservation de l'OS propriétaire – partage des données en lecture/écriture depuis les deux systèmes – protection des données en cas de changement d'OS, réinstallation ou plantage.
  • inconvénients : vous gardez un OS propriétaire, vous perdez de la place.
  • mise en œuvre :
    1. clic sur votre partition windows™ puis viser l'icône en forme de flèche pour redimensionner votre partition : “>|”. garder un peu d'espace libre sur votre partition windows™ pour pouvoir effectuer les mises à jour de l'OS proprio.
    2. clic sur l'espace libre puis sur la “+” du menu pour ajouter une partition primaire en [FAT32] pour la partition de données partagées. Prenez soin de garder l'espace suffisant pour HandyLinux.
    3. clic sur l'espace libre puis sur la “+” du menu pour ajouter une partition primaire en [ext4] pour le système (vos logiciels + votre /home). Prenez soin de garder l'espace suffisant pour la swap.
    4. clic sur l'espace libre puis sur la “+” du menu pour ajouter une partition primaire en [linux-swap] pour la swap.
    5. clic sur le “check” vert pour appliquer.
    6. résultat :

Schéma Debian en dual-boot

4 partitions : “/dos”(partition windows™) + “/”(votre système) + swap + “/home”(vos données) : le schéma classique d'une installation Debian GNU/Linux en dual-boot.

  • pour qui ? : les utilisateurs souhaitant conserver leur OS propriétaire, installer handylinux, mais aussi conserver le schéma de partitionnement classique Debian afin de pouvoir réinstaller en préservant leur /home.
  • avantages : choix de l'OS au démarrage de la machine – conservation de l'OS propriétaire – organisation des données “à la Debian” pour une réinstallation facilité.
  • inconvénients : vous gardez un OS propriétaire, vous perdez de la place.
  • mise en œuvre :
    1. clic sur votre partition windows™ puis viser l'icône en forme de flèche pour redimensionner votre partition : “>|”. garder un peu d'espace libre sur votre partition windows™ pour pouvoir effectuer les mises à jour de l'OS proprio.
    2. clic sur l'espace libre puis sur la “+” du menu pour ajouter une partition primaire en [ext4] pour la partition “/”(votre système). Prenez soin de garder l'espace suffisant pour la swap et votre /home.
    3. clic sur l'espace libre puis sur la “+” du menu pour ajouter une partition primaire en [linux-swap] pour la swap. Pour calculer la swap, visitez le chapitre suivant.
    4. clic sur l'espace libre puis sur la “+” du menu pour ajouter une partition primaire en [ext4] pour votre partiton “/home” (vos données personnelles).
    5. clic sur le “check” vert pour appliquer.
    6. résultat :

Schéma multi-boot

5 partitions et plus : obligation d'utiliser un partition étendue pour y mettre les partitions logiques. En effet, la table de partition classique n'accepte que 4 partitions primaires ; au-delà, il faut utiliser une partition étendue.
Cette situation correspond aux installations multi-systèmes : 3 systèmes différents ou plus, aussi appelés “multi-boot”.

  • pour qui ? : les testeurs , développeurs, ou utilisateurs très curieux.
  • avantages : la diversité des systèmes GNU/Linux permet d'aborder l'informatique de différentes façons – Jongler entre les systèmes permet d'accroître sa connaissance et ses compétences et, à terme, vous permettra de contribuer à fond dans notre communauté GNU/Linux.
  • inconvénients : le choix … mais est-ce un inconvénient.
  • mise en œuvre :
    1. clic sur votre partition windows™ puis viser l'icône en forme de flèche pour redimensionner votre partition : ”>|”. garder un peu d'espace libre sur votre partition windows™ pour pouvoir effectuer les mises à jour de l'OS proprio.
    2. clic sur l'espace libre puis sur la ”+” du menu pour ajouter une partition étendue qui contiendra vos systèmes GNU/Linux. Cette partition étendue doit remplir intégralement l'espace disponible.
    3. clic sur la partition étendue … c'est le moment de choisir les systèmes à installer et donc de partager cette partition étendue en partitions logiques : créez-en autant que de distributions à installer en [ext4]. Vous pourrez utiliser une seule partition SWAP pour tous vos systèmes GNU/Linux. Pour calculer la swap, visitez le chapitre suivant.
    4. clic sur le “check” vert pour appliquer.
    5. résultat :

A propos de la SWAP + MultiBoot : la partition swap est identifiée grâce à son UUID. Dans le cas d'un multiboot, les installations successives des différents systèmes formatent la swap et changent donc son UUID, ce qui rend la swap inaccessible aux anciens systèmes installés.
Solution : éditer les fichiers /etc/fstab de chaque distro GNU/Linux

sudo leafpad /etc/fstab

et remplacer l'UUID par l'adresse (/dev/sda8 dans notre ex).

# swap was on /dev/sda8 during installation
#UUID=928b6634-4f8f-41dc-bd3b-f8f4b6001c4f    none    swap    sw    0    0
# remplacement de l'UUID par l'adresse :
/dev/sda8   none    swap    sw    0    0

Ainsi, même en cas de formatage, la swap sera toujours reconnue et montée :

Utiliser un disque préparé

note : Cette section décrit le processus d'assignation des partitions dans le cas d'un dual-boot windows™/HandyLinux, mais est facilement transposable aux autres schémas de partitionnement.

Le principe de base est simple, il s'agit d'assigner les partitions préparées aux points de montage du système. En d'autres termes, nous allons indiquer au système de s'installer HandyLinux dans l'espace que nous lui avons réservé dans la partie préparation.

  1. Pour utiliser les partitions préparées, il faut obligatoirement passer par une méthode de partitonnement manuel lors de l'installation :
  2. Dans la fenêtre qui s'affiche, choisissez la partition préparée pour handylinux puis clic sur “continuer” afin de la configurer :
  3. Définir l'utilisation de la partition : sélectionner “Utiliser comme” puis clic sur continuer :
  4. Définir le système de fichier utilisé : choisir [ext4] puis clic sur “continuer” :
  5. Définir le point de montage : sélectionner “Point de montage” puis clic sur “continuer” :
  6. Assignation de la partition au système : choisir “/ - système de fichiers racine” puis clic sur “continuer” :
  7. Autres options : vous pouvez définir des options de montage (mais cela fonctionne très bien par défaut). vous pouvez aussi rendre la partition bootable (“indicateur d'amorçage”), mais ce n'est pas nécessaire dans notre exemple, car la première partition est déjà amorçable et contiendra votre nouveau “bootloader” en fin d'installation.
  8. Vous pouvez terminer la configuration de votre partition système. La procédure sera répétée autant de fois que de partitions nécessaires. Sélectionner “Fin du paramétrage de cette partition” puis clic sur “continuer” :
  9. De retour sur la description de votre disque dur, vous constatez que votre partition est bien assignée à votre système “/” en [ext4]. La swap a été reconnue automatiquement et est prévue pour le formatage. Votre partition windows est toujours présente, et est amorçable.
    Vous pouvez maintenant “Terminer le partitionnement et appliquer les changements” :
  10. Une dernière fenêtre de confirmation s'affiche et résume les opérations à venir. Sélectionner “Oui” puis clic sur “continuer” pour appliquer les changements :
  11. L'installation démarre directement et se poursuit comme dans la procédure classique. GRUB s'installera sur la partition amorçable (windows™ dans notre cas).

Formater un volume USB

Quelle que soit la situation (live ou installé), HandyLinux (depuis la version 1.4) intègre GParted pour formater vos volumes externes. La procédure est simple :

  1. Insérer votre clé USB, si elle est reconnue, elle sera montée dans HandyLinux.
  2. Sauvegarder les données que vous souhaitez conserver : le processus de formatage effacera toutes les données de votre clé/disque USB.
  3. Ouvrir GParted : HandyMenu > Aventuriers > Liste des Applications > Système > GParted
  4. Sélectionner la clé dans le menu déroulant situé en haut à droite (généralement, /dev/sdb ou sdc) :
  5. Sélectionner la partition concernée avec un simple clic sur la partition
  6. Démonter la partition que vous désirez formater depuis le menu “Partition” :
  7. Formater la partition depuis le menu “Partition” :
  8. Appliquer les changements avec un clic sur le “check” vert de la bare de menu.

et voilà :)

Vérifier l'état d'un disque

GParted peut vérifier et réparer les partitions de votre disque dur. Il peut aussi servir pour la récupération de données dans certains cas.

GParted ne peut agir que sur une partition inactive. Pour vérifier votre partition principale, vous devez utiliser HandyLinux en version “Live”.

La règle :

  • En utilisation “Live”, HandyLinux vous donne accès à toutes les partitions détectables.
  • En utilisation “Installé”, Handylinux vous donne accès à toutes les partitions internes inactives + toutes les partitions externes. Votre partition principale sera inaccessible.

Pour vérifier une partition :

  1. Sélectionner le disque contenant la partition grâce au menu déroulant des périphériques situé en haut à droite de la fenêtre.
  2. Sélectionner la partition à vérifier directement dans l'interface graphique en cliquant dessus.
  3. Dans le menu, choisir “Partition” > “Vérifier”, puis clic sur le “check” vert pour appliquer.
    Vous pouvez obtenir les détails de la vérification dans le fenêtre d'actions :


La durée de la vérification dépend de la taille de la partition et des réparations éventuelles à effectuer. Si le processus prend du temps, clic sur “Détails” pour observer le déroulement du processus.

Si vous rencontrez des soucis de vérifications de partitions, n'hésitez pas à poser vos questions sur le forum de la communauté HandyLinux.

Astuces

Calculer la Swap

SWAP… c'est quoi encore ce truc bizarre ??
La SWAP est la partition sur le disque système qui sera sollicitée par les applications actives pour sauvegarder les données les plus anciennes ou les moins demandées lorsque la RAM est saturée.
Historiquement, la swap prenait donc le relais afin de compenser un manque de mémoire vive (RAM). Sur les machines récentes pourvues de RAM > 2G , la swap ne sert qu'à assurer l'hibernation.
En pratique… ça donne quoi en fait ?
Voici un tableau simplifié de la taille de la SWAP selon la quantitié de mémoire vive installée.

taille de la RAMtaille de la SWAP
RAM < 512M 1G
512M < RAM < 2G 2xRAM. ex: pour 756M de RAM, prévoir 1.5G de SWAP
2G < RAM < 3G 2G
RAM > 3G 2/3 RAM. ex: pour 4G de RAM, prévoir 2.6G de SWAP

Au-delà de ces règles, si vous n'utilisez pas l'hibernation et que vous avez assez de mémoire vive pour vos applications, vous pouvez optez pour une swap 'minimale' de 512M ou carrément travailler sans swap.
A l'inverse, si vous utilisez souvent l'hibernation sur des applications gourmandes en mémoire vive, pensez à toujours avoir une SWAP légèrement supérieure à votre RAM.

Personnaliser une partition

Les volumes externes sont montés automatiquement sur HandyLinux. Ils apparaissent sur le burau avec différents noms généralement assez exotiques (U334F-ERT83, système de ficher…). Pour voir votre clé USB s'afficher de façon plus reconnaissable (CLE4G ou CLE_MARCEL) sur votre bureau, direction GParted, même procédure que dans le chapitre précédent, mais au lieu de formater, choisissez “étiquette” :
Il vous suffit de renseigner le “nom qui va bien” et de valider.


sources doc Debian-facile

gparted.txt · Dernière modification: 2017/01/14 02:44 (modification externe)